LA GUIMAUVALA VERVENA

LA MELISSA

Acampar las fuèlhas e las flors en estiu, las far sechar. Beure d’enfusions de melissa per solatjar lo mau de tèsta e surtot per solatjar las femnas qu’an lors afaires dolorós o las vapors dau retorn d’atge. « Se la femna saviá la bontat de la melissa, Ne’n empliriá sa chamisa ».

« Je possède une certaine herbe, dit Pierre à Béatrice. Si l’homme la porte quand il mêle son corps à celui de la femme, il ne peut engendrer, ni, elle, concevoir. » Béatrice précise: Quand Pierre CLERGUE voulait me connaitre charnellement, il portait cette herbe enveloppée dans un linge de lin, de la grosseur et de la longueur d’une once, ou de la première phalange de mon petit doigt. Et il avait un long fil ou cordelette qu’il me passait au cou pendant que nous faisions l’amour …  » Extrait de MONTAILLOU, VILLAGE OCCITAN de 1294 à 1324 – (E. LE ROY LADURIE – Folio Histoire). Nòta: Quau sap? Aquèla èrba misteriosa, èra benlèu la melissa, que fasiá baissar la votz de nòstras mametas ?

Totas las enfusions

Totas las recèptas de julhet

Français